GTA IV

RPG basé sur le rétro Wibbo.org. Incarnez un personnage aux attraits quelque peu caricaturés et faites-en ce que vous voulez. C'est un open-world inspiré du jeu.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chloe Gagliano's diary

Aller en bas 
AuteurMessage
Rachel Scarpelli

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 06/05/2018

MessageSujet: Chloe Gagliano's diary   Dim 6 Mai - 18:02

Citation :

Chloe Gagliano with James Gagliano



Citation :
Informations :

Surname : Gagliano
First name : Chloe
Ages : 26 years old
Nationality : Italian-American
Birthdate : 04/16/1981
Birthplace : Algonquin, Liberty City, USA
Job: Psychologist


Citation :
Physical description :

Body shape : Hourglass body shape
Height : 165 cm / about 5’5
Weight : 54 kg / 119.05 lbs
Hair color : Brown
Eye color : Hazelnut




Citation :
Story

Il vint à coller son front sur celui de Chloe, son regard était sombre et rempli de haine.
« - EH ! Y'a pas des p*tains de caméras j'espère ? J'suis pas un spectacle pour gosses ! Les flics me regardent hein ? Avoue sale pétasse !

- Mon métier se fait dans le respect et reste personnel, vous le savez Harold. - Elle restait calme et gardait son sang froid.

- Ouais bah t'as intérêt de pas d'te foutre de ma gueule ou j'te démonte toi et ton joli visage d'ange ! - Il envoya son poing sur la table en verre qui se brisa. Une fois qu'il sentit la douleur des morceaux de verre qui transperçaient sa main, Harold Crawford reprit ses esprits. - Hmpf...Excusez moi... je vais m'en aller...

- Avez-vous pris vos médicaments Harold ?

- M'ouais... Non. J'ai oublié ça arrive !

- Ce genre de choses ne doit pas être oublié, m'avez-vous comprise ?

- Ouais ouais... 'scusez moi.

- Le rendez-vous est terminé Harold, cela restera entre nous mais si vos émotions prennent encore une fois le dessus, vous savez ce qu'il vous attend. Rentrez bien et faites attention.

- J'vous l'promets ça n'arrivera plus. » Harnold parti du cabinet de Chloe, les mains dans les poches, honteux.

  Voici un passage de l'un de mes rendez-vous les plus flippants que j'ai vécu durant ma carrière de psychologue. Vous vous demandez sûrement pourquoi je l'ai réécrit ? Et bien, j’ai une fâcheuse tendance à écrire tout et n’importe quoi dans mon journal, histoire d’exprimer mes sentiments. Etant psychologue, il est difficile de trouver des personnes à qui se confier puisque leurs réponses se résument à des « T’es psychologue, t’as pas de problème » ou bien des « Tu dois connaître beaucoup d’individus qui font ce métier, vas te confier à eux ». Ouais un vieux bout de papier permet de me sentir mieux. Je suis née à Algonquin à Liberty City, aux Etats-Unis. Je suis fille unique, chose qui est assez rare étant donné mes origines italiennes ; oui je sais, ça fait assez « préjugés ». Dans la vie, on m’a toujours qualifiée de personne ambitieuse et rêveuse… Enfin… quand t’es ambitieux t’es forcément rêveur, on peut dire que c’est lié. Ma vie n’est pas toute belle et toute rose, j’en ai vu de toutes les couleurs et de toutes les formes ; avoir des psychopathes ou des schizophrènes en patients, des camés ou bien des alcooliques à soigner c’est pas toujours une partie de plaisir. Certains hommes en profitent même pour flirter avec moi... mais leurs tentatives échouent tout le temps. Mais bon, c’est ce qui fait que j’aime mon métier. J'ai fait faire mon cabinet dans Mulberry Street à Little Italy il y a quelques années, et je m'y plaît bien. Pour y arriver, j’ai fait des études en psychologie -  évidemment - mais mes parents ne me soutenaient pas vraiment. Je comptais plus sur mon oncle, James, qui me soutenait dans toute sorte de situations, qu’elle soit facile ou difficile. Plus jeune, j’étais le genre de gamine à rentrer tard chez moi et à bosser comme une acharnée, de peur de ne pas rendre le dernier devoir maison. D’ailleurs, je les ai toujours rendus à temps. Vous voyez la petite fille au fond de la classe qui hésitait à lever le doigt pour donner une réponse ? Et bien c'était moi. J'avais une grosse peur du jugement, je voulais que les gens me regardent d'une vision parfaite. Mes parents ne tenaient guère à savoir si j’allais réussir ou bien sombrer, aucune aide de leur part ne m’était attribuée. En grandissant, j'ai compris que le terme "parfait" n'existait pas. Mes études m'ont aidée à surmonter cette peur et en voyant certains de mes clients, je me trouve chanceuse. Mon oncle m'a aussi aidée à travers certaines épreuves. James est le frère de mon père, et il me considère comme sa fille qu'il n'a jamais eu. En effet, mon oncle est veuf. Sa femme, Kate, est décédée suite à une tumeur cérébrale. Depuis, il ne s'est jamais remarié. Il était fou amoureux d'elle et lui a quand même demandé sa main, connaissant sa maladie. Malheureusement, il est devenu dépendant à l'alcool ; c'est comme son seul remède à cette tragédie. J'essaie de l'aider mais c'est toujours difficile d'aider sa propre famille : on a toujours peur de faire mal les choses.

J'ai l'habitude de traîner dans des cafés et de siroter une tasse, un bouquin à la main en écoutant la radio en fond. Il m'arrive de retrouver quelques amis autour d'un repas, mais cela devient rare avec le temps. Plus on vieillit, plus on s'éloigne de beaucoup de personnes. J'appelle ça le "cycle de la vie". Certaines personnes peuvent trouver cette théorie complètement idiote, mais je la trouve sensée et on peut dire qu'elle me définit bien. Mes journées ont une routine que j'ai façonné avec précision, c'est mon côté perfectionniste. Je me lève tous les matins à une heure précise et m'endors à une heure tardive... mais qui reste toujours la même. On me demande souvent comment je fais pour rester aussi calme et ne pas dérailler, ou bien comment ça se fait que je suis célibataire depuis des années. Moi-même je ne sais répondre à ces questions et disons que les hommes ne sont pas ma priorité. Je ne suis jamais tombée amoureuse comme l'es tombé mon oncle, c'est triste mais pourtant véridique. Adolescente, c'est vrai, j'avais eu des petits copains mais pas plus que ça. Personnellement, je le vis bien et ça ne me rajoute pas de soucis quotidiens. Bon j’avoue… d’après ma description, je ressemble plus à une sociopathe qu’à une personne sociable, mais j’suis sympa j’vous le promets et suite à mon enfance, j’ai appris à me débrouiller seule. J’habite actuellement à Liberty City et je m’y suis fortement attachée vu que j'y réside depuis petite. J’espère qu’un jour on pourra se croiser.  

Des goûtes de stylo étaient restées apparentes sur le journal de Chloe, elle avait écrit ce passage durant un après-midi pluvieux afin de se décrire personnellement, maintenant c'est à vous de la connaître.


James helping Chloe during an appointment
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gangi
Admin
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Re: Chloe Gagliano's diary   Dim 6 Mai - 18:21

Présentation validée, tu commences avec 5000$ et ta rémunération de psychologue s'élève à 2800$ par mois (semaine en RP). Au tour du compte en banque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://libertycity-rpg.forumactif.com
Jerry

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 03/05/2018

MessageSujet: Re: Chloe Gagliano's diary   Mer 9 Mai - 16:52

N'oublie pas de faire un compte de banque si ce n'est pas déjà fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chloe Gagliano's diary   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chloe Gagliano's diary
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diary of a noob : Scars of Mirrodin
» Nouveau joujou: l' Ellowyne Adrift de Chloé
» Chloé, t'as promis !
» .:Mlle-CloClo:. Passe General [1]
» Diary of a noob vol 2 : Scars of Mirrodin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GTA IV  :: Introduction au RPG GTA IV :: Fiches Validées-
Sauter vers: